Proximité sur le terrain social (2)

cpas

Dans un premier article concernant le Centre Public d’Action Sociale (CPAS) de Rixensart, je vous ai expliqué sa structure et à quoi sert le Conseil de l’Action sociale. A côté de ces aspects de gestion, indispensables au bon fonctionnement d’un service comme le CPAS, je souhaite aujourd’hui donner un coup de projecteur sur ce qui me tient le plus à cœur dans l’exercice de ce mandat de Conseillère au CPAS pour PROXIMITÉ, à savoir l’aide sociale proprement dite.

Comité d’Aide Sociale

Etant très intéressée par l’aspect social et ayant un peu plus de temps comme retraitée de l’enseignement, je participe activement au Comité de l’Aide Sociale. *Celui-ci est composé de la Présidente et de six Conseillers CPAS. Le Comité se réunit deux fois par mois afin que les personnes qui introduisent une demande d’aide au CPAS obtiennent une réponse rapide … dans le mois.

Au cours de cette réunion, les assistantes sociales présentent et commentent les dossiers que nous avons étudiés auparavant. Au cours des 23 séances de l’année 2007, 1224 dossiers ont fait l’objet d’une présentation au Comité de l’Aide sociale, 1976 décisions ont été prises, ce qui représente une moyenne de 86 décisions par comité.

Le nombre de ces dossiers est en continuelle augmentation. En 2005, nous en comptions 500, et en 2006 environ 1000.

Le montant total des dépenses en aide sociale pour 2007 s’élève à environ 1.500.000 euros, tous types d’aides confondus, les aides ‘énergies’ exceptées. L’Etat intervient dans une partie de ces dépenses. Par comparaison, en 2006 le montant s’élevait à environ 1.300.000 euros.

Comme vous le savez, de plus en plus de gens éprouvent des difficultés à joindre les deux bouts. Avec moins de 860 euros par mois pour un isolé ou moins de 1805 euros par mois pour une famille avec deux enfants.

Au service social du CPAS, nous travaillons de façon à ce que, charges prioritaires déduites (logement, énergie, santé, déplacement, assurances…), chaque personne ait 300 euros par mois pour vivre dans la dignité comme nous le demande la Loi sur la Dignité humaine.

L’augmentation du montant des loyers contribue à diminuer le pouvoir d’achat de nombreuses familles. Les personnes les plus vulnérables sont les mères seules (souvent très jeunes et sans formation), les personnes d’origine étrangère et les personnes qui bénéficient de petites pensions. Le CPAS de Rixensart applique la Loi sur la Dignité humaine afin d’offrir à ceux qui vivent dans la précarité, qui traversent une période difficile, qui vivent l’exclusion, la maladie, la perte d’emploi, le surendettement, une faillite, un divorce… un soutien, une aide matérielle et morale, une solution à leurs problèmes. *Avec nos 8 assistants sociaux (7 femmes et 1 homme) et notre assistant social à temps plein pour le service d’insertion professionnelle, nous poursuivons, – dans la mesure du possible -, un but commun … celui de remettre les gens debout, de les rendre autonomes, de leur redonner confiance en la vie et surtout en eux !

Micheline MARION

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :