Un crématorium sur la commune de Rixensart ?

enquete publique,crematorium,plan de secteur

… rue de Tombeek dans l’entité de Rosières, en face de la station d’épuration.

La procédure est déjà lancée… en toute discrétion. Pas un mot dans le discours de Nouvel an du Bourgmestre devant les ‘corps constitués’ début janvier. Pas une ligne dans l’ordre du jour du prochain Conseil communal. Pourtant, le 8 janvier, le Bourgmestre signe une lettre ayant comme objet une demande de certificat d’urbanisme n° 2 concernant ‘le projet de la construction d’un crématorium et la réalisation des aménagements qui y sont liés …’ 

Comme la demande concerne une zone agricole et forestière au plan de secteur, une enquête publique est nécessaire. C’est pourquoi, les riverains sont invités à adresser leurs ‘réclamations et observations au Collège communal du 11 janvier 2010 au 25 janvier 2010′.

PROXIMITÉ regrette qu’une information de cette importance ne soit pas communiquée par les autorités communales aux habitants. Laisseraient-elles les fâcheuses nouvelles s’annoncer elles-mêmes ? Pourquoi préfèrent-t-elles disserter par voie de presse sur la construction d’une salle polyvalente et pour laquelle d’ailleurs aucun débat démocratique n’a encore eu lieu ?

Déjà, nous nous posons une série de questions. Ce nouveau crématorium sera-t-il sous statut public ou privé ? Quel est l’impact paysager du projet et son intégration ? Quelles sont les incidences sur l’environnement telles la gestion des eaux de ruissellement ou les problèmes d’accès des convois funéraires au site, la rue de Tombeek étant fort étroite ?

C’est pourquoi, Michel COENRAETS, conseiller communal PROXIMITÉ, a demandé au Collège d’obtenir en conseil communal du 27 janvier prochain des éclaircissements à ce sujet.

Pour votre information, sachez que les crématoriums poussent comme des petits pains en Wallonie, notamment à Binche, Manage, Hacquegnies, Welckenraedt et plus près de chez nous à Court-Saint-Etienne. Tous pallient à un manque … 800 brabançons se sont faits incinérer l’an dernier à Bruxelles ou à Charleroi.

A Court-Saint-Etienne, les travaux débuteront cette année et le futur crématorium comptera deux fours (un troisième est envisageable), deux salles de cérémonie, un columbarium et une chambre froide. Les riverains ont d’abord introduit des recours, puis finalement les ont retirés ayant reçu des garanties quant à la couleur du bâtiment … pour coller à la nature environnante (plus de végétation pour le cacher), des aménagements pour éviter les nuisances de fumée et l’écoulement des eaux, la création d’un comité d’accompagnement associant les riverains, des contrôles bisannuels des rejets atmosphériques.

Alors fumée blanche ou pas … ?

Eric de SÉJOURNET

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :