La valse des millions

Dans son dernier dépliant « Osons être heureux! », PROXIMITÉ a diffusé son analyse de la situation financière de la commune de Rixensart, basée sur les données issues de la commune, et en les comparant aux études émanant de la Région wallonne, la Banque Nationale ou Belfius (ex-Dexia, ex-Crédit Communal de Belgique).

En outre, PROXIMITÉ s’est fait l’écho des propos alarmants du Receveur et du Secrétaire communal, personnes agréées dont la fonction est heureusement encore indépendante du pouvoir politique !

Le 12 juin 2012, le Secrétaire communal (en fait le Directeur Administratif et Directeur des Ressources Humaines de la commune) fit part de ses remarques à propos du budget communal 2012. Lors de la modification budgétaire n° 2, il écrit : « (…) Le fait de clôturer cette 2ème modification budgétaire, avec un boni global qui reste élevé, ne doit pas masquer le déficit structurel de l’ordinaire à l’exercice propre. Il est évident, comme je le souligne depuis 6 ans, qu’il serait plus sain d’équilibrer les recettes et dépenses de l’exercice propre (…)».

Le 20 août 2012, lors de la modification budgétaire n° 3, le Secrétaire communal réitère : « (…) J’ai tenu à attirer l’attention sur la nécessité d’équilibrer les recettes et les dépenses à l’exercice propre (déficit actuel : + de 1,5 million d’euros). Il va de soi que la prochaine législature communale devra se soucier de tenter d’atteindre cet équilibre très difficile. Or la réalité démontre que cet objectif ne peut être atteint sans moyens financiers supplémentaires (…)».

Le 20 août 2012 également, le Receveur communal (en fait le Directeur Financier de la commune) écrit : « (…) Pour l’avenir, il est évident q’un nouvel équilibre entre recettes et dépenses devra être trouvé fin d’assurer la pérennité des finances communales (…)».

Quelle est la réponse politique de la majorité sortante (NAP/PS/ECOLO) ?

Dans son toutes-boîtes électoral du 10 octobre dernier, le bourgmestre candidat Jean Vanderbecken (NAP/MR) écrit, sans autre explication, vouloir poursuivre «le maintien du niveau d’imposition». Le même jour, Patricia Lebon (NAP/MR) y consacre une ligne et promet «une gestion financière raisonnable et transparente». La semaine d’avant Vincent Garny (NAP/MR, ex AC), pourtant beaucoup plus loquace en la matière, dit vouloir «gérer la commune de manière professionnelle sur base de finances saines». Quant à son bilan ‘finance’ 2006-2012, la NAP/MR le résume en ces termes : «Malgré la crise bancaire et économique que vous vivons et sans augmenter les taxes additionnelles, la situation financière de la commune est stable avec un boni ordinaire pour le budget 2012 de plus de 5 millions d’euros, un résultat comptable pour l’année 2011 de plus de 3 millions d’euros et un endettement qui est passé de 32 à 22 millions d’euros en 6 années de législature».

De son côté ECOLO, qui détient depuis 2006 l’Echevinat des Finances et a pu réduire la charge de la dette (remboursement du capital + intérêts dans l’année), présente dans sa rubrique ‘Les finances, le nerf de la guerre’ «une situation financière stable, en boni de 7 millions d’euros, une réduction de 10 millions de l’endettement en 6 ans, des frais de fonctionnement (d’énergie notamment) sous contrôle». Quant au futur, ECOLO «n’envisage pas de hausse globale de la fiscalité communale».

Et qu’écrit l’UC-PS début septembre 2012 dans son dépliant électoral ? Le mot ‘finance’ y est totalement absent. En cherchant bien … : «Nos plans d’actions devront rassembler les moyens pour réaliser ce qui doit l’être et respecter les impératifs budgétaires».

A la lecture de ses éléments, les Rixensartois ne sont-ils pas en droit de se demander pourquoi deux partis de la même majorité avancent des chiffres tellement divergents ? 2.000.000 d’euros de différence … ce n’est quand même pas négligeable !

Qui plus est, n’est-il pas inquiétant de constater que les signaux d’alarme émis par l’administration soient ignorés par les politiques et que ces derniers continuent à prétendre que tout va bien?

En conclusion, PROXIMITÉ regrette que le sujet ‘finance’ n’ait pas été clarifié dans les dépliants électoraux de la majorité sortante, alors que la Région Wallonne propose aux communes le plan ‘eComptes’, une aide à la gestion et à la compréhension des finances locales, tant par les mandataires que par le public, grâce à l’édition de documents clairs et didactiques … et par conséquent une transparence vis-à-vis des Rixensartois.

Thierry HUET

Etienne DUBUISSON

Michel WAUTOT

Didier HELLEPUTTE

Jacques DE WOLF

Thierry BENNERT
Eric de SÉJOURNET

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :