Le budget 2013 sous la loupe

budget,taxes,impôts,thierry bennertCES NOUVELLES CHARGES A SUPPORTER

La crise financière, le programme de stabilité convenu par le Gouvernement fédéral avec l’Union européenne pour revenir à l’équilibre budgétaire en 2015, les transferts de compétences à venir dans le cadre de la réforme de l’Etat fédéral, l’endettement structurel de la commune de Rixensart depuis six années, le programme que le Collège souhaite réaliser d’ici 2018, … sont autant de paramètres qui ont ou auront des répercussions sur les budgets et comptes de notre commune.

La présentation du budget 2013 par le Collège le 27 février dernier fut donc un exercice de la plus haute importance … que nous avons analysé de près.

L’objectif principal étant d’assurer à long terme la viabilité des services aux citoyens, il importe que les autorités communales mènent une réflexion approfondie sur les moyens attribués et leur utilisation.

LES CHIFFRES ET LEURS CONSEQUENCES

PROXIMITÉ déplore que le retour à l’équilibre du budget ordinaire ne soit pas en 2013 une priorité de la majorité… Certes, Vincent Garny (NAPMR), l’échevin des Finances annonce un retour à l’équilibre dès 2015 … mais sans aucune projection pour 2013 et 2014 qui confirment cet objectif.

Ainsi, la commune compte passer d’un déficit du budget ordinaire de – 209.000 € (en 2011), à – 1.099.000 € (estimé en 2012), à – 780.000 € (estimé en 2013) … directement à 0 € (en 2015).

Qui plus est, le déficit ordinaire de 780.000 € (estimé en 2013) reste élevé. PROXIMITÉ estime qu’il s’agit là d’une démarche peu proactive, connaissant les équations difficiles du futur (moins d’IPP car population vieillissante, d’autres charges complémentaires venant du fédéral, digestion des différents investissements…).

Ce montant de 780.000 € correspond en fait à un déficit de 2,92 % des recettes totales de l’exercice. C’est un effort lourd, d’autant plus difficile à porter qu’il n’aura pas été entrepris en début de législature. De plus, ces déficits récurrents ne sont normalement pas autorisés et doivent faire l’objet d’une demande d’accord à la tutelle provinciale.

ANALYSE ET INTERROGATIONS

Le Collège a déclaré ne pas vouloir augmenter la pression fiscale, ce qui est certes louable en soi mais peu réaliste. Vu le lourd héritage des finances publiques rixensartoises, – l’actuel Echevin de Finances écrit d’ailleurs avoir « observé une tendance au déficit structurel pour les derniers budgets présentés au cours de la législature précédente » (1), PROXIMITÉ s’interroge comment la majorité NAPMR réussira à combiner le retour à l’équilibre budgétaire sans passer par l’augmentation des impôts.

L’heure n’est-elle donc pas aux économies structurelles? Certes, nous notons ainsi un premier léger effort avec la baisse du transfert vers le CPAS, mais la hausse des frais de personnel est considérable sur 7 ans (+ 4,58 % par an chaque année). Pourtant il n’y a pas d’accroissement du personnel et les enseignants ne sont pas compris étant à charge de la Communauté française de Belgique.

Sans compter les nouveaux projets que la NAPMR ambitionne de réaliser durant cette nouvelle législature et qui, s’accumulant, devront être financés, notamment :

– la construction d’une Maison de l’Urbanisme sur le site de la Maison communale s’ajoute à celles des écoles communales de Rosières et de Genval, et des locaux pour les scouts à Rosières et Rixensart
– l’achat de matériel informatique performant s’ajoute à celui de nouveaux véhicules communaux
– la réalisation d’un nouveau terrain de hockey s’ajoute à la rénovation de la piste d’athlétisme

De plus Rixensart est plus endettée globalement que ses voisines, en effet la commune est grevée d’une lourde dette financière à long terme de 24 millions d’euros soit 1.090 € par habitant de tout âge ou 2.700 € par foyer. Pour PROXIMITÉ, les efforts de réduction de cette dette sont trop timides.

CONCLUSION

C’est pourquoi, PROXIMITÉ s’est abstenu de voter ce budget 2013 en faisant remarquer que le budget communal est à peu près au même niveau qu’en 2006, mais qu’à cette époque il y avait encore des réserves. En six ans, celles-ci ont bien fondu … Qui plus est, PROXIMITÉ estime que les ambitions de la majorité sont nombreuses et couteuses, mais que l’on ne retrouve pas cette même détermination dans les chiffres puisqu’elle prévoit encore un exercice déficitaire pour 2013. Reste encore à attendre la présentation des comptes 2012, l’heure de vérité pour le Collège.

budget,taxes,impôts,thierry bennertThierry BENNERT

—–
(1) GARNY Vincent, Budget 2013, in Rixensart Info 260 du 29 mars 2013 (p. 11)  

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :