Osons dynamiser le commerce local

agence de développement local,commerce local,question de conseiller,etienne dubuisson,eric de séjournetA l’issue des élections communales du 14 octobre 2012, un échevin des Classes moyennes a été désigné, ce dont PROXIMITÉ se réjouit car ce point figurait dans les Objectifs 2012-2018 de notre groupe.

Le 27 février dernier, le Collège du Bourgmestre et des Echevins a présenté sa Déclaration de politique générale. PROXIMITÉ s’étonne que la majorité n’y fasse état des Classes moyennes et des commerces. Pourtant, le secteur est en difficulté, il souffre des travaux interminables du RER, et la concurrence des grands centres commerciaux est rude. Pourtant, les habitants de Rosières espèrent que le commerce local puisse s’y développer. Pourtant, en février 2012, PROXIMITÉ avait suggéré que la création d’une Agence de Développement Local (ADL) (1) puisse apporter un réel soutien aux commerces de détail.

En effet, «sur base d’un partenariat de développement local rassemblant secteur public, secteur privé et monde associatif, une ADL a pour mission première d’impulser et de soutenir le développement de projets porteurs en termes de création d’activités économiques et/ou d’emplois durables», insiste Katlyn Van Overmeire, chargée de l’accompagnement des ADL au sein de l’Union des Villes et Communes de Wallonie (2).

MISSIONS D’UNE AGENCE DE DÉVELOPPEMENT LOCAL

– réunir l’ensemble des acteurs locaux dans un partenariat de développement local;
- initier et animer ce partenariat qui associe les pouvoirs publics, les secteurs privé et associatif sur le territoire communal;


– identifier la nature des besoins et des potentialités locales en tenant compte des aspects économiques et de la création d’emplois;


- déterminer, dans le plan d’actions, les objectifs prioritaires et mettre en œuvre ceux-ci
- susciter et coordonner les actions partenariales définies dans le plan d’actions;


- utiliser prioritairement les ressources et le savoir-faire en vue de développer les capacités d’entreprises du territoire communal et de maintenir ou développer l’emploi durable;


- participer au réseau des A.D.L. afin de contribuer aux échanges de connaissances et de bonnes pratiques acquises et appliquer celles-ci sur le territoire communal;


- articuler le développement local avec les autres outils et organes de développement territorial de niveaux communal, intercommunal, provincial, régional, fédéral et européen

QUESTION ÉCRITE DE CONSEILLER ADRESSÉE AU COLLÈGE DES BOURGMESTRE ET ÉCHEVINS (3)(4)

1. Quelle politique le Collège compte-t-il mener en faveur des Classes moyennes et des commerces ?

2. Le Collège projette-t-il de mettre en place une agence de développement local à Rixensart, chargée notamment d’identifier avec les associations de commerçants leurs besoins et leurs projets et de susciter les partenariats qui permettront la mise en place d’actions porteuses (voir nos pistes de réflexion présentées il y a plus d’un an) (1) ?

agence de développement local,commerce local,question de conseiller,etienne dubuisson,eric de séjournetEtienne DUBUISSON

PONSE DU COLLEGEDans sa réponse datée du 16 avril 2013, le Collège communal exprime pour la première fois depuis les élections son « intention de développer une politique en faveur des classes moyennes » et dévoile « le contenu de la déclaration de politique générale faisant partie des éléments qui n’ont pas été exposés et publiés » :

« Au niveau des Classes Moyennes, l’objectif est de créer un contexte favorable au développement des activités commerciales et de service sur l’entité par une simplification des démarches à entreprendre pour développer les initiatives dans le secteur.

En la matière, conscient de l’importance grandissante des réseaux d’entreprises, nous veillerons à dynamiser ceux-ci tant au niveau des actions de rencontrer d’entreprises telle que le pratiquent des associations comme le WLBA qu’au niveau des réseaux internet qui démontrent chaque jour leur utilité croissante.

Un soutien aux initiatives locales de promotion de ces sociétés sera mis en oeuvre systématiquement via un support aux organisation de salons, foires, braderies, marchés … afin de permettre aux entreprises de se développer dans un cadre harmonieux. Cela passe également par la résolution de problèmes rencontrés sur le terrain comme la question des parkings entre autres choses.

Une cohérence dans les actions sera recherchée afin d’éviter les opérations menées trop en parallèle qui ne profitent pas des économies d’échelle qu’il y a moyen d’obtenir lorsque la coordination existe. A cet égard, l’opportunité de créer une ADL (Agence de Développement Local) sera examinée afin d’en mesurer la valeur ajoutée dans le développement d’une approche collective et intégrée au niveau du marketing, de l’information, des actions de rencontre et de promotion du commerce local« .

« A travers cet extrait, vous constaterez que la politique du Collège va bien dans le sens d’un soutien aux classes moyennes qui, nous en sommes bien conscients, doivent faire face à de nombreux challenges liés aux transformations de l’environnement local et de la crise économique ».

« Des contacts réguliers ont et auront lieu avec les différentes associations qui représentent les commerçants dans le but de développer le meilleur partenariat ».

—–

(1) DUBUISSON Etienne et de SÉJOURNET Eric, Pistes de réflexion pour dynamiser le commerce local, in Carnets de Proximité, 25 février 2012 
(2) VAN OVERMEIRE Katlyn, Tour d’horizon des recommandations de la Commission d’agrément et d’accompagnement des ADL, in MOUVEMENT COMMUNAL n° 867, avril 2012, p. 39 à 44
(3) Moniteur belge du 26 avril 2012, Code de la démocratie locale et de la décentralisation
(4) de SÉJOURNET Eric, Questions écrites au Collège des Bourgmestre et Echevins et leurs réponses, in BULLETIN DES QUESTIONS ET REPONSES, 18 décembre 2012