Dépenser ≠ Investir

Dettes globales en euros par habitant

Communiquer avec ses administrés est un exercice indispensable … et difficile, certes. Encore faut-il pouvoir en maîtriser les codes, tel celui du champ sémantique. En effet, tout lecteur (le récepteur) doit faire un effort intellectuel pour comprendre le message et l’interpréter. Si le message n’est pas correct au départ, il risque de n’être pas compris ou mal interprété. 

Ainsi, les lecteurs du dernier Rixensart Info lisent-ils dans le mot de la Bourgmestre : « Chaque année, ce sont entre 3 et 3,5 millions d’euros (hors subsides) qui sont investis afin de proposer à la population (environ 22.500 habitants) une large palette de services adressés à tous les âges : crèches, écoles, bibliothèques, académie, complexe sportif, mouvements de jeunesse, logements à loyer modéré, logements de transit et d’insertion, maison de repos et centre de jour via notre CPAS, école de devoirs, centre de vacances, cours de la langue française, aires de jeux … via le service communal D’clic, accompagnement par des assistants sociaux … Sans oublier, l’entretien des voiries, la propreté publique, l’embellissement des espaces publics, la sécurité via les zones de police et de secours … » (1).

« Bien gérer une commune c’est l’art de dépenser à bon escient les deniers que les contribuables nous ont confiés », avait l’habitude de dire feu Monsieur Jean Vanderbecken, notre ancien bourgmestre.

En réalité, des dépenses de fonctionnement ne sont pas des investissements. Il s’agit de salaires, de frais de fonctionnement, de l’entretien des investissements, de transferts vers le CPAS/la zone de secours ou la zone de police ou de charges de services à la collectivité. Il s’agit du budget ordinaire. Quant à l’extraordinaire, on y trouve les investissements principalement immobiliers, financés par fonds propres ou par subsides ou endettement (ce que la commune fait habituellement).

Par contre, les 1767 électeurs de PROXIMITÉ aimeraient lire comment sera résolu le problème préoccupant de la dette communale (1733,1 euros par habitant) (2). En effet, pour faire baisser la dette, il faut soit réduire les dépenses, soit augmenter les impôts.

Nous ne doutons pas que la Bourgmestre souhaite s’investir dans le bien-être de tous les habitants de Rixensart. Nous l’y encourageons.

Quatuor EETC Proximité

Eric de SÉJOURNET, Etienne DUBUISSON, Thierry BENNERT, Claude ROMAL


 

(1) LEBON Patricia, Notre priorité : le bien-être de tous les habitants de Rixensart, in Rixensart Info 298 p. 3 de septembre 2019
(2) WALSTAT (le portail d’informations statistiques locales sur la Wallonie), DG-Stat, SPW-DG05 (pouvoirs locaux), Compte des communes : dettes globales (euros/habitant), année 2017

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :