Coronavirus : PROXIMITÉ ne reste pas les bras croisés

Coronavirus Rixensart

Tous les niveaux de pouvoir en Europe, en Belgique, en Wallonie, à Rixensart se mobilisent (ou le devraient) afin de contrecarrer la progression du Covid-19 ou Coronavirus. La réussite de leur opération dépend du degré de confiance qu’ils engendrent.  

Certes, Rixensart n’a pas de centre hospitalier, mais compte un grand nombre de médecins de famille, infirmier(ière)s à domicile, officines et thérapeutes dévoués … tous se trouvant en première ligne. PROXIMITÉ s’étonne qu’à ce jour, les responsables rixensartois se contentent de relayer via le site de la Commune les mesures de précaution avancées par nos gouvernants pour éviter la propagation.  

Pourtant, il y a des choses à prévoir, à coordonner, à mettre en place. A commencer par la vérification et l’éventuelle mise en oeuvre du Plan d’urgence de la Commune de Rixensart afin de protéger au mieux notre secteur médical de première ligne.

En attendant, PROXIMITÉ prend les devants et, s’appuyant sur l’expertise de nos membres issus du secteur médical, a constitué une cellule de citoyennes et citoyens bénévoles, prête à créer une dynamique locale en développant une plateforme rixensartoise d’information tout public consacrée exclusivement au Coronavirus (via les Carnets de Proximité). Notre premier objectif : produire et éditer rapidement des capsules d’information simples, brèves et thématiques autour de la problématique du Covid-19 à Rixensart.

Vous pouvez participer à cette initiative, en relayant l’information aussi largement que possible via vos contacts ou réseaux sociaux, sans oublier les personnes proches ou voisines non connectées à Internet et en nous communiquant toute suggestion créative ou question.


Sources
Commune de Rixensart, Coronavirus/Covid-19, mesures de précautions pour éviter la propagation
Proximité : écoute, action et transparence > https://proximiterixensart.be

Guide des Ainés : évaluation, dépenses ?

Guide

Dès la mi 2016, le Conseil Consultatif Communal des Aînés (CCCA) plancha sur l’élaboration d’une brochure comprenant tous les renseignements utiles aux seniors selon un classement précis. L’ouvrage ambitionna de donner des infos utiles sur différents sujets intéressant les seniors et leur entourage, outre les références signalétiques des multiples prestataires de services. Il était prévu que le guide soit, édité par un imprimeur compétent désigné par le Conseil communal après marché public et distribué dans tout Rixensart (cfr Rapport annuel 2016 du CCCA).

Dans l’éditorial de ce guide, la Bourgmestre et ‘le Président du CPAS en charge des Aînés’ écrivirent que l’un des objectifs du CCCA concerne l’amélioration de la « communication » vers les séniors (et leurs proches) et que ce guide ne manquera pas de s’enrichir au fil de ses prochaines éditions.

In fine, le « Guide des Aînés Rixensart 2018 » fut finalisé, et distribué au début de juillet 2018, soit environ 11000 exemplaires toutes boîtes (cfr Rapport annuel 2018 du Conseil Consultatif Communal des Aînés). Il est toujours consultable, – avec les publicités payantes, sur le site internet de la commune : http://www.rixensart.be/wp-content/uploads/2018/08/Guide-des-Aines-2018.pdf

QUESTIONS ECRITES DE CONSEILLER (1)

  1. Quelle est l’évaluation faite par le Collège des retombées de cette action de communication et quelles furent les réactions des aînés à propos de ce guide ?
  2. Quel fut le tarif demandé pour les encarts publicitaires dans la version toutes-boîtes du Guide des Aînés 2018 ? Ces montants ont-ils couvert les frais d’impression et de distribution ?
  3. Quel fut/est le tarif demandé pour les encarts publicitaires dans la version électronique du Guide des Aînés, cliquable sur le site officiel Internet de la Commune de Rixensart : www.rixensart.be ?

Etienne DUBUISSON

Suivi du dossier

18 juillet 2019 | Guide des Aînés, édité par la Conseil Consultatif communal des Aînés > réponse du Collège des Bourgmestre et Echevins


(1) Moniteur belge du 26 avril 2012, Code de la démocratie locale et de la décentralisation

Nos aînés présentent leur rapport

3436f-123671676

Le Conseil communal a procédé au renouvellement du Conseil Consultatif Communal des Ainés (CCCA), outil de concertation cher à PROXIMITÉ qui avait lancé l’idée en août 2013 (1)(2).

Pour rappel, la mission du CCCA est d’examiner la situation des aînés d’un point de vue moral, matériel et culturel, contribuer à valoriser les aînés en leur donnant l’occasion de participer activement à la vie communale, leur fournir l’occasion d’exprimer leurs opinions, besoins et préoccupations, leur offrir aussi l’opportunité de se rencontrer dans un esprit convivial et constructif, guider le Conseil communal sur les questions relatives aux politiques et programmes en faveur des aînés.

Les conseillers communaux ont également approuvé le rapport annuel 2018 de nos Aînés.  Introuvable sur le site communal (3), PROXIMITÉ vous fait part des lignes de force de ce rapport :

  1. Enquête publique auprès des aînés de Rixensart | Réalisée en 2016, environ 1800 réponses sont parvenues au CCCA, dont la moitié a été dépouillée. Ceci retarde le projet de rapport final.
  2. Vote des aînés et des PMR | A la demande du CCCA, deux bureaux de vote ont été installés à la Maison de repos du Val du Héron. Des facilités pour les PMR ont également été prévues dans les différents bureaux de vote.
  3. Mobilité | Le CCCA regrette qu’aucune suite n’ait été donnée à ses recommandations, notamment au sujet des trottoirs.
  4. Information | Le ‘Guide des Aînés Rixensart 2018′ a été distribué au début de juillet 2018, soit environ 11000 exemplaires toutes boîtes. Il est consultable sur le site internet de la commune.
  5. Ateliers de formation aux nouvelles technologies | L’initiation aux nouvelles technologies au profit des aînés de notre commune s’est poursuivie. En 2018, il y a eu 3 classes smartphones/tablettes et 2 classes PC portables pour un total de 58 participants.

Quant aux dossiers et projets soumis par les autorités communales pour avis du CCCA, le rapport indique « néant ».

Quid de l’avenir ? « La commune analysera les besoins de nos seniors et adaptera l’action communale en leur faveur ». C’est ce qu’indique la nouvelle Déclaration de politique communale, qui devrait produire ses effets à l’horizon 2024. Concrètement, la commune de Rixensart « souhaite soutenir la poursuite du développement des structures d’accueil et d’hébergement des aînés (passant notamment par l’extension du centre de jour et de soins, l’augmentation de l’offre des lits de court séjour, l’adaptation des locaux aux besoins et difficultés des seniors); la promotion des services (ex : aides familiales, repas à domicile, …) et des activités culturelles ou sportives à destination des seniors pour leur permettre une autonomie prolongée avec un maintien à domicile des personnes; la mise en place d’un plan d’action communal en s’appuyant sur les avis du Conseil Consultatif Communal des Aînés (CCCA) au départ d’axes prioritaires ou de certaines problématiques (ex : mobilité, logement, transition technologique, …) ».

Eric de SÉJOURNET



(1) de SÉJOURNET Eric, Les aînés sont-ils consultés ?, 5 septembre 2013
(2) de SÉJOURNET Eric, « Les idées sont faites pour être semées », 13 avril 2016
(3) la date du 16 mai 2019 (4)
(4) un hyperlien vers le rapport 2018 du CCCA sera inséré dans les Carnets de Proximité dès que la commune l’aura édité.

7 boîtes à lettres en moins

7 boîtes à lettres en moins

Quand un ‘service public’, – ‘service universel’ en France, doit annoncer une mauvaise nouvelle, il n’est pas enclin à la communiquer. C’est le cas de Bpost et des 3000 boîtes à lettres rouges qu’il compte supprimer en Belgique d’ici mars 2019. Bpost passe cette suppression sous silence, aussi bien sur son site Internet que sur sa page officielle sur Facebook. Pourtant, la nouvelle est au moins connue depuis le 22 novembre 2018 via les ondes radio de RTL Info (1) et L’Echo (2).   

Lors du Conseil communal du 27 février, le Collège dit avoir été informé par Bpost au début de l’année de la suppression de 7 boîtes à lettres sur le territoire de la commune : Quai du Tram 1, rue du Plagniau 20, rue Bois du Bosquet 17, avenue Bel Horizon 39, avenue de la Faisanderie 1, avenue des Combattants 193 et avenue Gevaert 145. Selon le Collège, ce choix est imposé sans concertation par cet organisme censé remplir un service public.

Ce sont principalement les personnes âgées qui ne disposent pas de moyen de locomotion ainsi que les personnes à mobilité réduite qui sont lésées. Ce sont ces mêmes personnes qui sont déjà victimes de la fracture numérique. Bpost contribue ainsi à isoler encore un peu plus ces personnes fragilisées et d’une certaine manière, augmente aussi la ‘charge’ sociale des communes/CPAS qui luttent de plus en plus contre l’isolement social.

Tenant notamment compte de l’avis émis le 31 janvier 2019 par le Conseil Consultatif Communal des Aînés (CCCA), le Conseil communal décidera le 27 février 2019 de s’opposer à la décision de Bpost et chargera le Collège communal de solliciter une rencontre avec la direction de Bpost, afin d’envisager une répartition homogène et cohérente des boîtes à lettres rouges sur le territoire de la commune de Rixensart.

Y aura-t-il toujours la possibilité de remettre le courrier au facteur ? « Oui », confirme la porte-parole … « pour les personnes à mobilité réduite » (2).

En 2008 déjà, Proximité était intervenu quand la Poste s’obstina à faire 1896 mécontents  (> Carnets de Proximité).

Eric de SÉJOURNET et Etienne DUBUISSON


(1) RTL Info, Voici pourquoi bpost va supprimer 3000 boîtes aux lettres rouges en 5 mois, 22 novembre 2018
(2) L’Echo, 3000 boîtes aux lettres de bpost vont disparaître d’ici mars,  22 novembre 2018
(3) Photo | Boîte à lettre à Rixensart (montage) © Eric de Séjournet

La commune invite le Poirier-Dieu en colère

Rétroactes

Depuis plusieurs années, le quartier du Poirier-Dieu fait l’objet d’attentions diverses en ce qui concerne son urbanisation.

Durant les dernières années, ce paisible quartier a vécu sans mot dire, la transformation du parc des Charmettes avec l’installation d’une crèche et de D’Clic, l’implantation d’une école communale, le départ de GSK Genval et la vente de son terrain ainsi que le remplacement d’un terrain de football par un terrain de hockey.

Récemment, les habitants se sont trouvés simultanément face à deux enquêtes publiques concernant d’une part, l’extension du club de hockey par un terrain d’entrainement et d’autre part, l’implantation d’une maison de repos et de soins de 150 lits. Par ailleurs, la construction d’un éco quartier de 165 logements est toujours prévue et pour couronner le tout, la presse annonce l’implantation d’une école secondaire.

Tous ces bouleversements présentés séparément par le Collège ont bien évidemment, à nouveau, mis le quartier en émoi et provoqué la colère de ses habitants regroupés en un comité très actif. Ce comité, depuis plusieurs années, n’a cessé de lancer des appels au secours en direction de l’autorité communale afin d’être tenu au courant des intentions en matière d’aménagement de leur quartier. Nous devons malheureusement constater que malgré tous les efforts déployés par le quartier, l’autorité communale a fait preuve de son inaction, de son absence de dialogue et de son manque de répondant qui ont exaspéré les habitants du quartier (voir Carnets de Proximité du 17 décembre 2017). Le 18 décembre 2017, ceux-ci sont intervenus par une prise de parole publique en Conseil communal et le 25 janvier la commune a, enfin, invité les membres du quartier, simplement pour les ‘écouter’ sans toutefois répondre à leurs inquiétudes


Aujourd’hui

… face à la colère et l’importante mobilisation citoyenne, le Collège s’est décidé à soumettre le 28 mars 2018 au vote des conseillers, la mise sur pied d’un groupe de travail afin de modifier l’avant-projet du plan communal d’aménagement révisionnel dit ‘Poirier-Dieu’, voté en Conseil communal le 16 décembre 2015.

S’agit-il là d’un véritable changement d’attitude de la part de nos autorités communales ?

Quoi de plus normal dès lors de s’interroger sur leurs intentions soudaines et l’objectif poursuivi dans ce dossier…..calmer le jeu et gagner du temps avant les élections toutes proches ? …. ou enfin accepter de revoir le dossier du Poirier Dieu dans son ensemble, sans tabou? Après deux années de tergiversations, peut-on vraiment croire que le Collège NAP (MR/CDH) souhaite enfin agir, faire preuve d’écoute, de concertation et sortir à reculons de l’imbroglio que représente l’aménagement territorial de ce quartier ?

Le Collège des Bourgmestre et Echevins, rappelons-le, à la tête d’une majorité absolue, propose aujourd’hui de réunir des représentants de tous les groupes politiques, du quartier Poirier Dieu, de l’École communale La Bruyère Genval et de l’association Hommes et Patrimoine. Procéder de la sorte, va apparemment dans le bon sens.

poirier dieu

Apparemment seulement car avant l’entame de la première réunion, le Collège exclut déjà d’autorité, « les représentants du quartier Poirier-Dieu, de l’école de Genval ainsi que de l’association Hommes et Patrimoine, liés d’une quelconque manière à un groupe politique ». Le Collège NAP (MR/CDH) s’installe de facto en censeur et restreint la liberté des représentations dans le choix de leurs propres représentants au sein de ce groupe de travail. Une bien triste et peu élégante façon d’évincer certaines personnes impliquées bénévolement dans ce dossier et déjà considérées comme des adversaires.

Dans de telles conditions, qu’en sera-t-il des conditions de travail de ce groupe et de l’orientation qui lui sera donnée ?

Soyons clairs …. certaines questions restent posées et le collège doit préciser dès maintenant s’il accepte de revoir le dossier de manière globale, sans le saucissonner, comme le comité de quartier le souhaite depuis de très nombreux mois. Cela inclut, la construction de la MRS, les nuisances jusqu’à présent ignorées du club de hockey et sa demande d’extension, la diminution de la densité de l’éco quartier, l’installation éventuelle d’une école secondaire, les espaces verts et l’avenir du ‘parc’ des Charmettes, l’installation prochaine du ‘Cerceau’ dans un nouveau bâtiment, sans omettre bien sûr de se pencher sur les aspects mobilité et le maillage du site en termes de voiries et de sentiers.

Rappelons en guise de conclusion, que PROXIMITÉ écrivait déjà dans ses Carnets le 17 décembre 2015 que « l’avant-projet du PCAR du Poirier-Dieu, présenté au Conseil communal de décembre, n’est certainement pas parfait, aucun PCA ne l’est. Le groupe de travail, (…) devra poursuivre son analyse et aussi tenir compte des remarques objectives qui lui parviendront. Une diminution de la densité semble une option raisonnable. L’idéal, compte tenu de la population et de la mobilité serait d’une cinquantaine de logements ! »

Etienne Dubuisson

« Les idées sont faites pour être semées »

CCCA Rixensart.jpgEn présence des Echevins et Conseillers communaux, le Bourgmestre de Rixensart a procédé le 11 avril 2016 à l’inauguration du Conseil Consultatif Communal des Aînés (3CA). « La commune de Rixensart franchit un nouveau pas important en faveur des personnes âgées et de la participation citoyenne », a souligné Jean Vanderbecken. « Le 3CA est constitué de 12 membres de plus de 55 ans, tous habitants de la commune », a précisé l’Echevine des Aînés (1).

Le bureau est formé par Daniel Vanderstichelen (président), Vincent Daniel (vice-président), Daniel Lenaerts (trésorier) et Dominique Daglinckx (secrétaire). Les autres membres sont (par ordre alphabétique) : Béatrice Brou, Marie-Elina de Formel, Andrée De Ville, Monique D’haeyere, Pierre Gilles, Pierre Roland, Eliane Tibaux, et Michel Vaes.

« Ils se réuniront 4 fois par an. Leur mandat se calque sur la législature en cours, dans ce cas-ci, le renouvellement des membres du CCCA aura donc lieu fin décembre 2018 », a ajouté l’Echevine.

« Ses missions sont entre autres : examiner la situation des aînés tant du point de vue moral, matériel et culturel; contribuer à la valorisation des aînés dans la société; leur fournir des occasions d’exprimer leurs opinions et préoccupations; guider le Conseil communal sur les questions relatives aux politiques et programmes de la commune qui ont une incidence sur la vie des aînés; offrir aux aînés l’occasion de se rencontrer dans un esprit convivial et constructif ».

Après la prestation de serment des membres du conseil, Eric de SÉJOURNET, conseiller communal PROXIMITÉ, s’est adressé à l’assemblée : 

« Aujourd’hui les Rixensartois, et en particulier les plus de 55 ans, ont de quoi se réjouir. En effet, les idées sont faites pour être semées. C’est ce que j’ai fait en août 2013 en proposant, à la demande de plusieurs aînés et au nom du groupe PROXIMITÉ (3), la création d’un conseil consultatif pour les seniors, outil de concertation prévu dans le Code wallon de la Démocratie locale.

L’Echevine des Aînés a pris la balle au bond et décidé de le mettre en place. Soyez en remerciée, Madame.

A l’instar des réunions d’information que la majorité met à l’agenda, le Conseil consultatif communal des Aînés contribue également à renforcer la participation citoyenne. Celle-ci a sa place dans le débat communal. Je la défends car, et je cite, ‘elle associe les citoyens au processus de décision de manière indirecte et leur reconnaît un pouvoir de réflexion et de proposition’ (2). Ce conseil consultatif permettra d’adapter la politique communale aux besoins et aux attentes des personnes âgées.

Notre soutien va aux membres de ce conseil consultatif. Ce sont des citoyens engagés ou représentant une association active et qui, souhaitons-leur, développeront cet espace de dialogue et de concertation. Nos encouragements les accompagnent dans cet exercice de démocratie participative ».

 

__________
(1) Rixensart Info 278 d’avril 2016, p. 4
(2) Espace-Citoyen, L’exercice de la démocratie
(3) de SÉJOURNET Eric, Les aînés sont-ils consultés à Rixensart ? (1), in Carnets de Proximité, 5 septembre 2013
(4) de SÉJOURNET Eric, Dorénavant, les aînés seront consultés (2), in Carnets de Proximité, 4 mai 2015
(5) de SÉJOURNET Eric, Appel citoyen aux aînés engagés (3), in Carnets de Proximité, 28 septembre 2015 

CPAS, nouvelles perspectives

Le Val du Héron.jpgDevant les élus du Conseil communal, le Président du CPAS de Rixensart a commenté le 25 novembre 2015, la note de politique générale préparée par le Centre Public d’Action Sociale pour 2016. Objectif principal : le droit à chacun de mener une vie conforme à la dignité humaine (article 1″, de la Loi Organique).

Malgré un contexte budgétaire difficile, le CPAS de Rixensart continue à proposer ou à développer de nombreux services indispensables non seulement pour les plus défavorisés et les plus faibles de notre population, mais également pour tout citoyen de notre commune qui se retrouverait soit de manière ponctuelle, soit de manière imprévisible, dans une situation d’importante précarité sociale.

Quelles sont les trois initiatives que compte développer le CPAS à partir de 2016 ?

1. Ouverture d’un centre d’accueil de jour (1) : c’est un constat, les personnes âgées souhaitent rester le plus longtemps possible à leur domicile, des solutions alternatives à la maison de repos sont demandées. Le CPAS/Val du Héron répond à ce besoin en créant un lieu où les personnes âgées pourront se retrouver, pour prendre un café ou un repas, partager des activités ou simplement discuter et se sentir plus entourées. Les personnes isolées à la maison, pourront s’y ressourcer, avoir des contacts. Sur le plan financier, l’intervention d’un généreux donateur devrait permettre d’atténuer le déficit relativement important de la première année de fonctionnement, dû aux faibles subsides octroyés la première année à un centre de jour.

2. Création d’un service de médiation de dettes : à l’instar de tous les CPAS de Wallonie, celui de Rixensart est de plus en plus souvent confronté à de nouvelles formes de pauvreté et est amené à venir en aide à des familles confrontées à des difficultés financières. Elles n’arrivent plus à vivre, voire survivre, dignement dans les limites de leur budget respectif (…). En analysant la problématique (…) de nombreux avantages ont pu être mis en avant : proximité des différentes matières et des intervenants, proposition d’un service immédiat et facilement accessible sur le territoire communal, rapidité de traitement et adéquation des solutions proposées, …

3. Construction d’une nouvelle crèche, sous réserve de subventionnement. Ainsi, le CPAS devrait pouvoir répondre aux attentes des familles rixensartoises en leur permettant de trouver une place d’accueil pour leurs enfants. Elle devrait être subsidiée notamment par plus de 350.000 euros venant de la Wallonie.

Quant au budget pour l’exercice 2016, il présente au service ordinaire une prévision de dépenses et recettes (hors facturation interne) s’élevant à 11.502.757 euros, dont un tiers supporté par la commune de Rixensart. Le budget 2016 prévoit notamment des investissements pour la poursuite de la rénovation des logements pour personnes âgées (…) et pour l’achat de matériel et de mobilier pour la maison de repos.

Gaëtan PIRART, le Président du CPAS de Rixensart, conclut que « le budget 2016 du CPAS de Rixensart se veut être un gage d’une gestion rigoureuse conduisant à la maîtrise des dépenses et à une perception correcte des recettes de façon à garantir la pérennité tant des nouvelles activités que de celles proposées actuellement par l’institution ».

Tout comme Micheline MARION (PROXIMITÉ) au sein du Conseil de l’Action Sociale, nous avons voté la confiance.

Etienne DUBUISSON, Michel WAUTOT et Eric de SÉJOURNET

_________

(1) Portail Wallonie, Centre d’Accueil de Jour

Appel citoyen aux aînés engagés (3)

La mise en place du Conseil Consultatif Communal des Aînés (CCCA) se poursuit. Sous l’égide de l’Echevine responsable, le Service social de la commune de Rixensart organisait ce 28 septembre une séance d’information. Une vingtaine de personnes et les représentants des associations rixensartoises actives auprès des personnes âgées avaient fait le déplacement, manifestant par leur présence leur intérêt pour cette cause.

En avril 2015, le Conseil communal a décidé de créer un espace de dialogue et de concertation pour les seniors (1)(2). L’Echevine Patricia Lebon a expliqué que le temps était venu de développer une vraie politique communale des aînés. En effet, 4546 Rixensartois avaient aujourd’hui plus de 65 ans … et d’ici 2060, ils pourraient être 9411.

Quant au Service social de la commune, il a souligné que la rupture des liens sociaux et les problèmes de santé mentale et physique sont les deux fléaux auxquels les personnes âgées sont ou seront confrontées.

Dans cette problématique sociétale, le Conseil Consultatif Communal des Aînés a un rôle fédérateur à jouer en examinant notamment la situation des aînés tant du point de vue moral, que matériel et culturel, en faisant connaître les aspirations et les droits des aînés, en fournissant aux aînés des occasions d’exprimer leurs opinions et préoccupations.

Si vous êtes âgé de 55 ans et plus, que vous habitez la commune et que vous souhaitez vous engager au nom des aînés, la commune vous invite à envoyer votre candidature pour le 20 octobre prochain sous forme de lettre de motivation par courrier ou courriel (social@rixensart.be).

+ INFOS | Conseil communal du 29 avril 2015

 Eric de SÉJOURNET

__________

(1) de SÉJOURNET Eric, Les aînés sont-ils consultés à Rixensart (1) ?, in Carnets de Proximité, 5 septembre 2013
(2) de SÉJOURNET Eric, Dorénavant, les aînés seront consultés (2), in Carnets de Proximité, 4 mai 2015

Dorénavant, les aînés seront consultés (2)

rixensart,conseil consultatif communal des aînés,seniors,cwadelDe l’aveu du Collège, « l’offre de services adaptés aux plus de 55 ans reste faible (1). Il y aurait lieu de développer à cet égard une politique communale des aînés ». C’est chose faite, le Conseil communal a voté le 29 avril 2015 la création du Conseil Consultatif Communal des Aînés (CCCA).

Dans son introduction, l’Echevine des Aînés a indiqué que l’objectif était de renforcer la participation citoyenne d’une part, adapter la politique communale aux besoins et aux attentes des personnes âgées d’autre part. Et de référer à la composition, au rôle et au fonctionnement de la CCATM (2). On peut déjà regretter que l’échevine n’ait « pas eu le temps de prévenir toutes les associations concernées par le CCCA ».

Lors du débat au Conseil communal, Eric de SÉJOURNET a rappelé que dans le programme de son groupe, tant en 2006 qu’en 2012, PROXIMITÉ a toujours mis en avant une politique de soutien aux aînés : « Au cours des deux mandats, notre groupe est intervenu à différentes reprises sur ce sujet et insiste depuis septembre 2013 (3) pour la création d’un espace de dialogue et de concertation pour les seniors, notamment un Conseil Consultatif Communal des Aînés ».

Quant aux autres partis de la minorité, l’UC/PS et ECOLO ont posé la question du rôle que continuerait à jouer la ‘Commission des Aînés’ … La réponse ne fut pas très claire, mais il serait logique qu’elle continue à fonctionner, à savoir comme un club, comme les autres, qui organise des activités pour seniors.

Dans une seconde intervention, Eric de SÉJOURNET a également insisté sur le rôle représentatif du CCCA, et qu’il ne fallait pas commettre l’erreur de ne prendre appui que sur la Commission des Aînés qui, au fil du temps, et sans statuts connus (4), avait perdu son rôle consultatif. « L’héritage de la Commission des Aînés ne doit pas compromettre l’avenir du nouveau Conseil Consultatif Communal des Aînés », a-t-il répété. Et de référer également à celles et ceux qui, avec une motivation toute citoyenne, oeuvrent dans d’autres secteurs d’intérêt public, comme celui de l’aménagement du territoire et de la mobilité.

Assurant un rôle fédérateur, le Conseil Consultatif Communal des Aînés intègrera tant des citoyens que des associations, ces dernières devant représenter au moins 50% des membres. Un nouveau machin politique? Il faut espérer que non, car aucun membre du Conseil communal ne pourra faire partie des 15 membres effectifs avec voix délibérative du CCCA.

Le Règlement d’ordre intérieur du CCCA a été adopté par les élus. Il est consultable dans notre dossier en ligne. Il définit les missions du CCCA, notamment

– examiner la situation des aînés tant du point de vue moral, que matériel et culturel, 

– faire connaître les aspirations et les droits des aînés, 

– fournir aux aînés des occasions d’exprimer leurs opinions et préoccupations,

- consulter la population concernée ainsi que les divers groupes et organismes afin de déterminer quelles sont les questions d’actualité.

Reste encore au Collège à « déterminer les cas pour lesquels la consultation du CCCA sera obligatoire ». Un devoir certes plus ‘politique’, mais prévu par le Code wallon de la démocratie locale et de la décentralisation (CWADEL).

__________

(1) Conseil communal de Rixensart, VIII. Affaires sociales point 1 (cfr Projet de délibération, considérant 3), 29 avril 2015
(2) Commission consultative communale d’aménagement du territoire et de la mobilité

(3) de SÉJOURNET Eric, Les aînés sont-ils consultés à Rixensart ?, in Carnets de Proximité, 5 septembre 2013
(4) Le Collège a promis de vérifier l’existence ou pas des statuts.
(5) photo > avenue de la Sapinière (Rosières) © Berna de Wilde

Exclusion numérique : osons une approche plus globale

rixensart,nouvelles technologies,formation,seniors« 2 ordinateurs, 2 tablettes, 2 smartphones, 2 gsm subventionnés (…) » (1), c’est la réponse donnée par l’Echevine des Aînés à l’appel à projet (2), sous le titre évocateur ‘Santé des aînés : en mouvement contre l’isolement’. En fait, elle vise « la création d’une classe d’apprentissage des outils de communication spécifiquement adaptée aux aînés ».

En soi, l’initiative est louable, mais elle manque cruellement d’ambition. Qui plus est, PROXIMITÉ aurait aimé entendre qu’une réflexion préalable avait été menée sur la problématique de la fracture numérique dont souffrent celles et ceux qui, pour diverses raisons, – financières, handicap, manque de formation (3) -, ne savent pas se servir d’un pc et ne peuvent effectivement prendre part aux différents services du web (surfer, envoyer un mail, …).

Nous savons qu’en 2012, 20% des ménages belges ne disposaient pas d’ordinateur et 22% n’étaient pas connectés à Internet. C’est ce qui ressort des résultats de l’enquête Technologies de l’Information et de la Communication (TIC)(4). Et la situation n’évolue guère : en 2014, un cinquième de l’ensemble des ménages wallons restait encore en marge de la société de l’information (5).

Une approche plus globale doit donc être trouvée à Rixensart, car il faut tenir compte de trois fossés numériques : générationnel, social et culturel. Les acteurs tels que le CPAS, D’Clic et la Maison de l’Emploi devraient s’associer au projet et identifier les groupes de personnes qui ont besoin de sortir de l’exclusion numérique, de s’intégrer dans la société de l’information et de participer pleinement aux nouvelles façons de vivre ensemble.

Quelles pistes suivre ? PROXIMITÉ propose de prendre exemple sur Wavre, Waterloo et Ottignies-Louvain-la-Neuve qui ont déjà créé leur ‘Espace Public Numérique’ (EPN), un concept que la Région wallonne promeut et subventionne (6). « C’est une structure de proximité ouverte à tous équipée de matériel informatique et connectée à Internet. Un EPN offre de l’accès et de l’apprentissage à l’informatique, à Internet et à la culture. Il propose des services diversifiés d’accès, de formation et d’accompagnement, adaptés aux besoins de ses publics ».

Il en existe déjà 150 en Wallonie, dont 16 en Brabant wallon. Ce sont en tout 1.455 ordinateurs, soit une moyenne de 10 par EPN. Un EPN ouvre en moyenne 25h par semaine; 40 % d’entre eux ouvrent au moins une fois en soirée et le week-end. Par ordre d’importance de fréquentation (6), on y retrouve des seniors, personnes émanant du CPAS, femmes seules, adolescents, demandeurs d’emploi.

Vouloir c’est pouvoir …

Eric de SÉJOURNET

__________

(1) Conseil communal de Rixensart, 29 avril 2015
(2) Carnets de Proximité, Nouvelles technologies … premier pas timide en faveur des +65, 30 avril 2015

(3) Service Public Fédéral Economie, Direction générale Statistique et Information économique. « La fracture digitale se résorbe. 10% de ménages en plus sur la toile ». In communiqué de presse du 29 octobre 2007.
(4)
 Service Public Fédéral Economie, Direction générale Statistique et Information économique. « Un PC dans 4 ménages sur 5 ». In communiqué de presse du 11 avril 2013.
(5) Wallonie Agence du Numérique, Baromètre TIC 2014 de la Wallonie, juin 2014
(6) EPN de Wallonie
(7) Illustration > Espaces Publics Numériques (France)

Nouvelles technologies … premiers pas timides en faveur des +65 ans

rixensart,nouvelles technologies,formation,seniorsL’appel à projet de la Province du Brabant wallon, contre l’isolement des personnes âgées, offrant un subventionnement aux communes, était une excellente occasion de mener à bien la création d’une classe d’apprentissage des outils modernes de communication (Internet, gsm, smartphones, … ) au profit des aînés.  

Que propose le Collège ce 29 avril 2015 dans son dossier de candidature ? L’acquisition de 2 ordinateurs, 2 tablettes, 2 smartphones et 2 gsm, matériel destiné à permettre aux seniors de se familiariser avec les nouvelles technologies de l’information.  

La proposition reprend en fait une activité déjà en cours à l’Espace Grimberghe, mais sans les moyens ni l’envergure nécessaires. En effet, dans ce dossier ni le nombre de participants (1)(2)(3) ni la durée de la formation ne sont précisés, la salle de cours n’est pas définie, le budget pour les cours est dérisoire (1000 euros par an, cela ne fait pas beaucoup d’heures de prof). Qui plus est, un approfondissement pédagogique est indispensable : méthodologie, programme (cfr expérience à l’Université des Aînés), qualité des instructeurs, évaluation.

D’autres zones d’ombre subsistent dans le projet :

– Pourquoi le Collège se base-t-il sur 4.400 citoyens de plus de 65 ans, susceptibles d’être intéressés par le service, alors que le SPF Economie estime le nombre de Rixensartois de plus de 65 ans à 6.600 personnes.
– Qui va gérer le budget et le matériel?
– Pourquoi les personnes âgées résidant dans nos maisons de repos ne sont-elles pas ciblées?

Dans l’ensemble, PROXIMITÉ est favorable au projet, car il a le mérite de lancer un nouveau service que les ‘aînés’ attendent depuis des années. Toutefois, le projet manque d’ambition et nos interrogations expliquent notre abstention au Conseil communal.

Etienne DUBUISSON, Michel WAUTOT et Eric de SÉJOURNET

 + INFOS  > de SÉJOURNET Eric, Exclusion numérique : osons une approche plus globale, in Carnets de Proximité, 2 mai 2015.

__________
(1) en 2006, un Belge sur quatre n’avait jamais navigué sur Internet (cfr Direction générale Statistique et Information économique du SPF Économie)
(2) en 2007, 33 % des ménages belges ne possédaient pas d’ordinateur et 40 % n’étaient pas connectés à Internet. « Trois quart d’entre eux n’y ont pas accès pour des raisons financières ou par manque de compétences en la matière. Tout comme pour l’utilisation de l’ordinateur, les personnes à faible niveau d’instruction, les personnes âgées, les chômeurs et les inactifs (hors étudiants) restent fortement représentés parmi la population belge qui n’a encore jamais utilisé l’Internet » (cfr Direction générale Statistique et Information économique du SPF Économie)
(3) en 2008, l’Agence Wallonne des Télécommunications (AWT) écrivit qu’en Wallonie « on assiste à une stagnation du nombre de ménages disposant d’un ordinateur ». Et de conclure « qu’un quart de l’ensemble des ménages wallons reste en marge de la société de l’information ».
(3) photo : Hagenau, salon des seniors 2014

« Un sac de noeuds »

revue de presse… dixit le Bourgmestre de Rixensart, lors de sa conférence de presse du 28 janvier 2014 à propos du réaménagement du site des anciennes Papeteries de Genval. « C’est précisément la maison de repos qui pose problème : le prestataire initialement choisi s’est retiré, faute d’avoir obtenu l’agrément de la Région wallonne. Solution imaginée par le promoteur, transformer la maison de repos en appartements de résidence services supplémentaires », raconte Hugues Van Peel sur les ondes de la RTBF Radio (28/1). « En ce qui concerne la deuxième phase du projet (logements et commerces), la demande de permis sera introduite une fois que les problèmes liés à la première phase seront résolus ».

Le lendemain, la presse écrite prend le relais. « Pour rappel », écrit Laurence Dumonceau dans La DH, « le projet initial d’Equilis pour la réhabilitation du site des anciennes papeteries de Genval prévoyait 35.000 m² de logements, 15.000 m² de commerces, une résidence service (36 appartements pour seniors) et une maison de repos et de soins de 135 lits. Le tout en trois phases ».

Quant à L’Avenir il résume le problème : « Le bras immobilier du groupe Mestdagh n’a pas réussi à obtenir l’agrément pour les 125 lits de sa maison de repos et de soins et a donc décidé de construire une résidence-services de 101 lits. La Commune s’estime, quant à elle, trompée et lésée sur la finalité du projet. Et argue que le dossier présenté par Equilis va droit dans le mur ». Le journal croit savoir que « l’issue du dossier tient à une question de vocabulaire. Equilis va créer une structure privée de 101 flats qui ne s’appellera plus résidence-services mais seniorie (…). L’avantage ? Le promoteur pourra vendre les appartements et aller bien au-delà des 50 flats».

« Premier souci », souligne encore La Libre, « cela change complètement les impacts du projet en terme de mobilité, d’aménagement intérieur du bâtiment : on passe de chambres de 16 m² à des flats de 60 m², mais aussi en terme d’emplacements de parking, l’étude d’incidences n’est pas la même… Et le fonctionnaire-délégué a refusé la demande de nouveau permis. Second souci : le promoteur voudrait proposer ces flats en acquisitif. Ce que la Région wallonne interdit également. La Région accorde 50 flats maximum (en locatif pas en acquisitif). La balle est aujourd’hui dans le camp de Construct Me (ndlr : Equilis), qui doit trouver une solution avec la Région wallonne », a indiqué le Bourgmestre.

« Et le maïeur de rappeler que les enjeux de l’aménagement du territoire et du vieillissement de la population sont de taille.

Du côté d’Equilis, on regrette la tournure des événements et la mauvaise compréhension du dossier par certains interlocuteurs. Mais on reste serein sur l’issue du projet ».

Les aînés sont-ils consultés ? (1)

questions écrites de conseiller,seniors,commission des aînésDans un nombre croissant de communes, un ou plusieurs espaces de dialogue et de concertation voient le jour. A l’image du ‘Conseil communal des Enfants’, l’article 120 bis de la Nouvelle loi communale prévoit qu’à l’initiative des communes, un conseil consultatif des Aînés peut être chargé par le Conseil communal de rendre un avis sur une ou plusieurs questions déterminées (1). Objectifs : renforcer la participation citoyenne d’une part, adapter la politique communale aux besoins et aux attentes des personnes âgées.

A Rochefort, par exemple, le Conseil Consultatif Communal des Aînés fonctionne depuis mai 1984 avec pour missions (2) :

– d’examiner la situation des seniors sous toutes ses formes tant au point de vue moral que matériel;
– de suggérer, favoriser et appuyer toute initiative visant une véritable promotion de la personne âgée ;
– de faire connaître les désirs, les aspirations, les droits des seniors ;
– de tendre à leur intégration effective dans la vie communautaire ;
– de faire prendre conscience aux seniors eux-mêmes qu’ils ont un rôle à jouer dans la commune en suscitant leur participation, pour le mieux-être de tous.

Il y est composé de membres, présentés par divers groupements militant en faveur du 3ème âge et agréés pour un terme de six ans. Ils sont rééligibles.

A Rixensart, la Commission Consultative des Aînés a été créée en 1972 et fonctionne, selon le site Internet de la commune, de façon indépendante et apolitique, par l’engagement de seniors au service de tous les seniors avec le soutien de l’Echevinat des Affaires sociales (3).

QUESTION ECRITE DE CONSEILLER ADRESSÉE AU COLLÈGE DES BOURGMESTRE ET ÉCHEVINS (4) (5)

1. Sous quelles formes l’Echevinat des Affaires sociales soutient-il la Commission des Aînés?

2. Les statuts de la Commission des Aînés prévoient-ils un rôle consultatif ? Dans la négative, le Collège envisage-t-il de développer un autre espace de dialogue et de concertation au profit des personnes âgées ?

Eric de SÉJOURNET


(1) Moniteur belge du 26 avril 2012, Code de la démocratie locale et de la décentralisation, article L1122-253
(2) Commune de Rochefort – Conseil consultatif communal des Aînés, août 2013
(3) Commune de Rixensart – Commission des Aînés, août 2013
(4) Moniteur belge du 26 avril 2012, Code de la démocratie locale et de la décentralisation
(5) de SÉJOURNET Eric, Commission consultative des Aînés, in Carnets de Proximité du 29 août 2013
(6) voir les Objectifs 2012-2018 de PROXIMITÉ, prévoyant le développement à Rixensart d’une véritable politique sociale au profit de nos seniors … une politique de proximité dont le moteur serait l’autorité communale

*
*   *

RÉPONSE DU COLLEGE | Dans sa réponse datée du 11 septembre 2013, le Collège prie de bien vouloir noter «que la mise sur pied d’une Commission consultative des Aînés est actuellement à l’étude. Raison pour laquelle, conscients, tout comme vous, de l’importance que revêt l’intégration effective des Aînés dans la vie communautaire nous ne devrions pas manquer de présenter cette année encore ce projet en Conseil communal».

COMMENTAIRES DE PROXIMITÉ Le Collège communal ne répond pas à toutes les interrogations. Ainsi, les Rixensartois n’apprendront-ils e.a. pas «sous quelles formes l’Echevinat des Affaires sociales apporte son soutien à l’actuelle Commission des Aînés». Les statuts de cette dernière sont également passés sous silence. Toutefois, PROXIMITÉ (6) se réjouit du fait que le Collège compte effectivement développer un espace de dialogue et de concertation au profit des personnes âgées. Afin d’éviter toute confusion avec la Commission des Aînés qui, selon les non-dits du Collège, n’a jamais revêtu un rôle consultatif, PROXIMITÉ propose au Collège de le dénommer  ‘Conseil consultatif communal des aînés’.

Moins valides : accessibilité des lieux publics

genval,bibliothèque communale,moins valides,question de conseiller

Inaugurée le 18 novembre 2006, la nouvelle aile de la bibliothèque communale à Genval «aura coûté un peu plus de 1,3 million d’euros, financé sur fond propre vu l’absence de subsides» (1).

Presque tout a été mis en œuvre afin de donner aux personnes moins valides un accès aisé à la culture : parkings, rampes d’accès, sanitaires adaptés. Sauf que, comme l’a écrit PROXIMITÉ le 17 septembre 2009 (2), les livres pour adultes se trouvent au premier étage … et un ascenseur fait défaut. Résultat ? Les personnes moins valides doivent se contenter de bandes dessinées et de livres pour enfants. Et dans le cadre des travaux inutiles, on peut se demander pourquoi un deuxième accès pour personnes à mobilité réduite a été aménagé à l’entrée ouest … qui, on ne sait pour quelles raisons, a été condamné.

Lors du Conseil communal du 24 février 2010, PROXIMITÉ a une nouvelle fois insisté sur le fait que les personnes à mobilité réduite n’avaient pas accès à la salle de lecture pour adultes au premier étage. A la question orale de Michel WAUTOT (PROXIMITÉ), Aurélie Geeraerd (ECOLO), échevin responsable e.a. des bibliothèques, a répondu : «Un élévateur sera installé dans l’escalier» (3).

Trois ans plus tard, PROXIMITÉ constate qu’aucun aménagement raisonnable, telle une plateforme fonctionnant comme un monte escalier classique, n’y a été réalisé et que les personnes moins valides sont toujours contraintes de rester au rez-de-chaussée et de lire … des bandes dessinées.

QUESTION ÉCRITE DE CONSEILLER ADRESSÉE AU COLLÈGE DES BOURGMESTRE ET ÉCHEVINS (4)

1. Quels devoirs la commune de Rixensart a-t-elle effectués en interne depuis le 24 février 2010 (échevinats des Affaires sociales, des Moins valides, des Bibliothèques publiques)?

2. Dans la négative, quelles solutions la commune de Rixensart compte-t-elle proposer afin de permettre aux personnes handicapées, voire âgées, d’accéder aisément aux collections de la bibliothèque communale à Genval? Quels délais de mise en place le Collège prévoit-il ?

3. En général, le Collège compte-t-il établir un plan des aménagements raisonnables à mettre en oeuvre dans les lieux publics de la commune afin de permettre aux personnes à mobilité réduite de participer de façon autonome à la vie culturelle rixensartoise ?

Eric de SÉJOURNET

RÉPONSE DU COLLEGE

1. Le grand nombre de bâtiments communaux, leurs affectations différentes et leurs situations disparates rendent très difficile un réaménagement complet en vue de mettre ceux-ci systématiquement aux normes à bref délai;

2. toutefois, lors d’un rénovation et/ou transformation, il est déjà prévu – dans la mesure du possible – d’adapter l’accessibilité des lieux aux personnes moins valides;

3. plus spécifiquement pour la bibliothèque communale, un ascenseur est toujours prévu; mais ne figure pas actuellement dans les priorités, compte tenu des contraintes budgétaires;

4. le personnel de la bibliothèque a toujours veillé à prendre toutes les dispositions utiles pour accueillir au mieux les personnes moins valides. En effet, selon le type d’ouvrage demandé, le préposé spécialisé se rend toujours au rez-de-chaussée pour satisfaire les demandes exprimées;

5. il en va aussi de même pour tous les autres services communaux où les mêmes problèmes peuvent se présenter;

6. des synergies sont en cours au niveau du complexe sportif, de la piscine communale et des autres clubs sportifs, pour optimaliser l’utilisation de l’infrastructure du complexe pour les personnes moins valides.

—–

(1) La Libre Belgique, Plus d’espace pour la bibliothèque communale, 28 novembre 2008
(2) de SÉJOURNET Eric, Les naufragés de la mobilitéin Carnets de Proximité, 17 septembre 2009
(3) WAUTOT Michel, Lecture pour tous … et pour les moins valides aussi, in Carnets de Proximité, 1er mars 2010
(4) de SÉJOURNET Eric, Moins valides : accessibilité des lieux publicsquestion écrite adressée au Collège des Bourgmestre et Echevins de Rixensart, 28 février 2013
(5) réponse in extenso 
du Collège, datée du 2 avril et reçue le 15 avril.

Le Val du Héron

Le Val du Héron.jpg

La situation au Val du Héron reste difficile pour les résidents et le personnel. Gérée par le CPAS de Rixensart, cette maison de repos et de soins (MRS) peut accueillir théoriquement 85 personnes. Toutefois, à cause des travaux interminables, seuls 78 pensionnaires y sont logés, dont 14 sont toujours isolés au 3° étage de l’ancien bâtiment. Ces derniers ont la possibilité de faire appel au service de télé-secours …

La communication avec cette aile séparée et avec celles du nouveau bâtiment reste compliquée : l’accès, par exemple, par le sous-sol, n’est pas de tout repos. L’ascenseur principal qui permet l’accès au restaurant et aux chambres, est tombé plusieurs fois en panne durant le mois de mai et a entraîné certains jours, une situation quelque peu chaotique : les résidents ne pouvaient descendre et le personnel s’est mobilisé pour apporter les repas dans les chambres. Un tout grand bravo à tous les membres du personnel qui venaient même en dehors de leurs heures de travail et avec des membres de leur famille pour aider les résidents.

Le bruit des marteaux-piqueurs, les couloirs interminables, les problèmes d’ascenseurs, tous ces éléments ne contribuent pas au bien-être que les personnes âgées peuvent souhaiter dans une maison de repos. Ces dernières se sentent isolées et le personnel, frustré du fait qu’il ne peut exécuter correctement son travail, n’a même plus le temps de les écouter.

L’accumulation des problèmes a entraîné un surcroit de travail et de fatigue pour le personnel. De nombreux certificats de maladie ont été remis ces dernières semaines et deux démissions importantes ont été enregistrées : l’infirmière en chef (remplacée depuis) et une infirmière. Un troisième temps-plein infirmier arrive en fin de carrière au mois de juin.

Au cours d’un des derniers Conseils du CPAS, le nouveau directeur du Val du Héron nous a exposé son évaluation de la situation et envisage des pistes pour optimaliser la MRS : engagement d’une aide soignante supplémentaire, d’un ¾ temps infirmier de nuit, d’un ½ temps assistante sociale, de personnes mises au travail sous contrat d’article 60, d’ étudiants. Appel a aussi été fait à des bénévoles notamment pour aider aux déplacements des personnes pour les repas. Quant aux infirmières, la MRS en cherche toujours ….

Concernant le Comité du Val du Héron, PROXIMITÉ avait demandé a plusieurs reprises sa tenue mensuelle. A chaque fois, la réunion du comité avait été annulée … en dernière minute. Aujourd’hui, enfin, les conseillers du CPAS ont reçu le procès-verbal de la dernière réunion de mars 2010 (!). PROXIMITÉ se doit de positiver et insiste pour que, main dans la main, les responsables et les politiques rixensartois essayent ensemble réellement de trouver des solutions à toutes ces difficultés, dans l’intérêt des personnes âgées et de ceux qui les soignent.

Micheline MARION

Les vrais chantiers et priorités à mettre sur le métier !

Les vrais chantiers et priorités 2011 de Proximité.jpgTout le monde en parle … au point qu’il fasse l’objet principal des vœux de Nouvel-An des autorités communales, mais il ne faudrait pas que le chantier du RER occulte toutes les autres priorités des Rixensartois. Aujourd’hui, ce chantier atteint le centre de Rixensart et, dans ce contexte difficile, il serait important de formuler le vœu de voir les routes aux abords du chantier remises en état. A Genval, étant donné le passage fréquent d’engins hors norme, certaines d’entre-elles sont devenues quasi impraticables – même pour les piétons.

Certes, après ce rude hiver, les responsables de nos voiries ont du pain sur la planche et toute la population de Rixensart ne suffirait plus pour ‘adopter’ tous les trous répertoriés dans les voiries de la ‘Perle des Ardennes Brabançonnes’. Une remise en état – même provisoire – ferait du bien aux piétons, aux voitures et à l’état général de la commune et puis on parle tant de mobilité….

Des grands chantiers, la commune en connaît d’autres qui pourraient être joints aux bons vœux de nos autorités. Il y a ceux dont on oublie de parler… comme le chantier du CPAS qui, pour de nombreuses raisons, dure maintenant depuis plus de cinq ans ! Gageons qu’il sera fièrement terminé dans les mois qui précèderont les prochaines élections ! Il y a celui dont on parle très peu et que l’on semble oublier, comme le chantier tant attendu des nouveaux locaux scouts. En séance publique du Conseil communal, il a été annoncé qu’il serait terminé pour septembre 2010. En réalité, il n’a pas encore commencé et l’information concernant son suivi n’est obtenue que sur demande précise. Que se passe-t-il donc ??

Un nouveau chantier est également attendu avec impatience : celui de l’école de Rosières qui, déjà prévu par l’ancienne majorité en 2006, est actuellement remis sur les rails et, las d’attendre des subsides qui ne viennent pas, est maintenant promis sur fonds propres de la commune.

Tous ces chantiers bien nécessaires ne contribuent pas, bien au contraire, à maintenir la propreté ni à faciliter la mobilité au sein de notre commune qui connaît de plus en plus d’embouteillages.

La propreté, c’est bien sûr l’affaire de tout un chacun mais c’est également une responsabilité de l’autorité communale qui, outre la propreté de nos rues, se doit également d’être notre interprète devant d’autres instances liées contractuellement. Dans ce domaine et sans parler des dépôts sauvages et totalement irrespectueux, notons que la rue principale de notre commune, malgré l’insistance de PROXIMITÉ, reste encore fréquemment encombrée de sacs poubelle et de cartons durant tout le week-end. Relevons aussi les tags qui garnissent de façon désagréable et souvent agressive les endroits les plus visibles de notre territoire communal. En la matière, l’accueil, le premier contact, offert par la commune à tous ceux qui descendent dans nos gares est effrayant et des plus pitoyables.

Au moment des vœux de Nouvel-An, il nous paraît également important de repenser aux difficultés sociales rencontrées par de plus en plus de concitoyens. A cet effet et au vu de la charge financière à laquelle notre CPAS est confronté, PROXIMITÉ formule également le vœu de recentrer certains éléments de notre politique sociale en réduisant au maximum les frais de fonctionnement des services. Des frais de déplacement et des absences pour des missions – parfois même à l’étranger – ne peuvent véritablement se faire qu’au détriment d’une politique sociale locale. Certaines compétences du personnel du CPAS devraient être utilisées de manière plus exclusive au profit de nos administrés. En la matière nous souhaitons pour 2011, connaitre notamment une politique de réinsertion sociale plus concrète et plus efficace pour nos Rixensartois en utilisant les talents de notre personnel au sein de notre commune plutôt qu’en diverses missions à l’extérieur.

La période des vœux permet de rêver à beaucoup de choses et de façon illimitée, c’est pourquoi nous espérons vivement voir se développer dans notre commune une véritable politique sociale au profit de nos seniors de plus en plus nombreux. Une politique de proximité dont le moteur serait véritablement l’autorité communale plutôt que de nombreuses et remarquables initiatives privées qui risqueraient de disparaître avec leur ténor. N’oublions pas que Rixensart est une des communes du Brabant wallon au taux de seniors le plus important.

Espérons enfin que l’urbanisation à outrance ou la ‘bruxellisation’ de notre commune perdra en intensité et que Rixensart parviendra à conserver son caractère ‘villageois’ et sa qualité de vie qui ont fait sa renommée par le passé. Dans ce domaine, il faut se rappeler que certains lotissement sont encore annoncés (Champ de Bourgeois, Papeteries de Genval, en face du monastère des Bénédictines, ….).

Les vœux sont donc très nombreux et ne se limitent pas aux chantiers du réseau express régional. PROXIMITÉ souhaite enfin voir se développer une véritable politique de communication communale afin d’informer valablement les Rixensartois sur tout ce qui fait leur quotidien.

Etienne DUBUISSON

Imaginez-vous … senior

internet,communication,www rixensart be

Je vous invite à un exercice tout simple. Bien que vous aurez tendance à repousser l’âge ‘senior’, – terme que vous pouvez remplacer d’ailleurs par aîné, ancien ou retraité, imaginez que vous êtes un(e) Rixensartois(e) de plus de … et que vous voulez vous informer sur ce qui se fait dans la commune pour les seniors.  

Première étape : je suis ‘branché’, j’ai Internet chez moi. Je tape http://www.rixensart.be. La fenêtre qui s’ouvre me présente dans la colonne de gauche des rubriques telles que Maison communale, Vivre à Rixensart et Infos. Premier constat, rien pour les seniors. Cela commence mal. Je poursuis mes recherches. Dans MAISON COMMUNALE (Services Communaux, Autres services, Vie politique, Document/Règlements, Enquêtes publiques) … pas de piste pour les personnes âgées non plus, si ce n’est que le 3ème Echevin (NAP) est, entre autres responsabilités … en charge des ‘aînés’.  

Passons à la rubrique suivante VIVRE A RIXENSART : à part les adresses de cinq Maisons de repos à Rixensart et un renvoi vers un site extérieur, pas de réponse à mon attente d’information. Quant à la Commission des Sports, pas un mot sur les seniors (dans les clubs sportifs, j’ai quand même retrouvé ‘3ème âge’ : L’Amicale des Pensionnés de Genval, Les Joyeux Seniors, La Palette Joyeuse, Sports Seniors. Théoriquement, je ne finirai donc pas trop rouillé. Pour un senior ‘branché’, VIVRE A RIXENSART se résume donc à maisons de repos et sports.  

J’ai encore une chance de trouver quelque chose pour les seniors dans la rubrique INFOS. Je clique sur Actualités … quelques adresses : Mouvement social des aînés, Amicale des Pensionnés, les Cœurs Joyeux chantent pour les Aînés, l’Amicale de Rixensart de l’Union Chrétienne des Pensionnés. Ouf, je ne suis plus seul …

Un peu plus loin, vous découvrirez le véritable trésor des Rixensartois … et ses multiples asbl et associations, qu’elles soient sportives, culturelles, environnementales ou du secteur socio-médical.

Commission des Aînés Rixensart.jpgDans ce dernier, la Commission des Aînés se dévoile … ‘d’avril à juin’ (sic) elle organise conversations en anglais, philatélie, tricot, cours d’aquarelle, scrabble, informatique, échange de services … et, le 28 avril 2009 (sic) une excursion en car au Musée-Hôpital Notre Dame à la Rose à Lessines. Il n’y a plus qu’à appeler « l’antenne téléphonique ». -Pour être tout à fait complet, j’effectue un dernier essai. Je tape ‘aînés’ dans la fenêtre en haut à droite de l’écran, afin de rechercher dans ce labyrinthe si d’autres informations me sont proposées. Résultat : rien de neuf par rapport à ce que je vous ai décrit ci-avant. Ultime tentative, je tape ‘seniors’. Résultat : rien, si ce n’est qu’au Centre culturel, les abonnements pour ‘seniors’ sont moins chers que pour les ‘adultes’ (sic).  

Le mot de la fin … de cette première partie? Pour PROXIMITÉ, la commune doit mieux faire en matière de communication vers les seniors.  

Eric de SÉJOURNET

* icon by http://www.anatom5.de and http://www.natko.de

Les naufragés de la mobilité

sncb,rer,gare de genval,dimanche sans voiture,centre culturel de rixensart,moins valides,bibiliotheque communale de genval,tucrail

Arriver aujourd’hui en gare de Genval après 13h30, au moment où la SNCB ferme la station, équivaut, pour une personne moins valide, à un casse-tête qui se transforme rapidement en casse-pipe. En effet, le voyageur moins valide qui, venant de Bruxelles, débarque sur le quai n°3, est surpris de constater que la rampe d’accès (voir photo 1) qui remonte de la gare vers la Place Raymond Becquevort est condamnée … pour cause de travaux du RER. Comme cette personne ne peut descendre seule les escaliers du souterrain et comme il n’y a plus de préposé aux guichets … elle est bloquée sur le quai, comme une naufragée à tout vent. Son seul espoir repose donc sur le bon vouloir d’autres voyageurs, descendus du train en même temps qu’elle.

Ce problème n’est pas unique à Genval et il n’est pas non plus de la seule responsabilité des Chemins de Fer.

En effet, la commune a réalisé ces dernières années, deux chantiers importants : la nouvelle bibliothèque de Genval et le flambant neuf Centre Culturel de Rixensart, également situé à Genval. Ces deux réalisations brillent par leur modernisme, et drainent, à raison, de nombreuses personnes vers un peu plus de culture. Sauf que …

Au Centre Culturel, si les accès ont bel et bien été réalisés en pensant aux moins valides, dans la salle de spectacle, le moins valide aura beau essayer de trouver une place adaptée à son handicap … rien, sauf si l’on démonte une partie de la première rangée. Après quoi, il lui restera à supporter un torticolis.

sncb,rer,gare de genval,dimanche sans voiture,centre culturel de rixensart,moins valides,bibiliotheque communale de genval,tucrailDe même, à la Bibliothèque communale de Genval, où presque tout a été mis en œuvre (par la majorité précédente) afin de donner aux personnes moins valides un accès aisé à la culture : parking, rampe d’accès (voir photo 2), sanitaire adapté. Sauf que … les livres pour adultes se trouvent au premier étage … et qu’il n’y avait plus de budget pour un ascenseur. Résultat ? Le moins valide doit se contenter de bandes dessinées et de livres pour enfants. Le comble c’est que l’entrée ouest (voir photo 2) a été condamnée et n’est plus usitée. Bibliothèque communale de Genval.

Alors que la semaine de la mobilité et le dimanche sans voiture pointent leur nez, une attention particulière est portée à la mobilité scolaire et aux déplacements des plus jeunes. Et pourquoi pas aux moins valides et ce, toute l’année ?

Eric de SÉJOURNET