Terrains synthétiques … mesures de précaution

Plagniau 5.2013 © Christian Petit - 6
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les médias ont récemment alerté l’opinion publique à propos de certains terrains synthétiques. Ceux, dont le revêtement provient de broyats de pneus recyclés, constitueraient un danger pour la santé. A Rosières, la commune dispose d’un terrain pareil.

En attendant que nos législateurs s’en soucient, Thierry BENNERT (PROXIMITÉ) s’est adressé le 21 novembre 2018 au Collège demandant ce que comptait faire la commune pour répondre aux inquiétudes justifiées de nos joueurs de football ? Principe de précaution oblige …

L’échevin des sports a expliqué que les billes en caoutchouc répandues sur ce type de terrain étaient nocives pour la santé particulièrement à température élevée. Il citait l’exemple de l’Arizona où la température est de 40 degrés. Le danger était notamment important pour les gardiens de but.

L’échevin des sports a confirmé qu’un nouveau terrain synthétique (1) allait être aménagé dans les prochains mois à Rosières … à base de liège. A cette occasion, le revêtement du premier terrain sera remplacé également par du liège.

Le terrain de hockey aux Charmettes n’est pas concerné.

__________
(1) La commune a pour projet la création d’un deuxième terrain de football à Rosières, sis rue de la Ferme du Plagniau, propriété de la Fabrique d’église Saint-André de Rosières. Pour bénéficier des subventions régionales Infrasport nécessaires à la transformation de ce deuxième terrain, la Commune doit être propriétaire ou disposer du droit de jouissance sur le bien pour une période minimale et ininterrompue de vingt ans à dater de l’introduction de la demande de subventions. C’est pourquoi, elle a proposé de faire offre à la Fabrique d’église de conclure un bail emphytéotique d’une durée de 30 ans pour une redevance annuelle de 813 € par an, indexée sur base de l’indice santé (cfr Conseil communal du 20 juin 2018)
(2) Photo | Plagniau mai 2013 © Christian Petit

« Fort Apache » dans le Clos des Marnières ?

Le quartier du Clos des Marnières et de l’avenue Georges Marchal est en émoi et s’interroge sur le projet de la Commune de Rixensart et de la société de logement de service public « Notre Maison » de construire sur le seul terrain plat subsistant dans le clos une infrastructure sportive de quartier qui plus est, sous les fenêtres des chambres à coucher des habitants. ‘Fort Apache’ est le surnom donné par certains à cette construction (voir photo du projet).

Théoriquement, le concept des ‘petites infrastructures sociales de quartier’ (PISQ) s’inscrit dans la lutte contre l’exclusion sociale et l’amélioration de la cohésion sociale dans les quartiers. Elles devraient avoir pour fonction d’amener les jeunes et moins jeunes à se rencontrer et à tisser ou retisser des liens sociaux.

Toutefois, le projet d’installation d’un PISQ doit être accompagné d’une concertation sous l’égide du porteur de projet au travers d’un comité d’accompagnement spécifique associant les représentants du quartier. Il doit être fait rapport à la Commission communale d’accompagnement du Plan de Cohésion sociale.

Je me suis rendu sur place le samedi 10 mars 2018. Des discussions menées avec les riverains, il ressort qu’ils ne sont pas demandeurs de ce type d’infrastructure. Ils invoquent,

  • « le fait qu’hormis un panneau à l’entrée du site, les riverains n’ont pas été dûment informés du projet »
  • « la contiguïté des appartements Notre Maison (chambres à coucher) »,
  • « les nuisances sonores pour tout le quartier »,
  • « l’insécurité des lieux (délinquance, absence de contrôle/concierge) »,
  • « l’absence d’accès pour les enfants et adultes à mobilité réduite »,
  • « l’impact sur l’environnement (abattage d’arbres, déchets) ».

Qui plus est, les habitants tiennent à leur environnement subsistant. « Les très beaux arbres formant un écran de verdure tout l’été. En automne, ils sont chatoyants et donnent une certaine intimité aussi bien aux édifices des logements sociaux qu’à l’immeuble de l’avenue Georges Marchal. Sans compter, qu’à la suite des nouvelles constructions dans le bas du clos, les oiseaux prédateurs, tels que corneilles et pies occupent le terrain au détriment des moineaux qui ne trouvent plus de petits arbres ou buissons pour nicher. Quant aux familles d’écureuils qui nichent dans le haut des arbres et qui passent de l’un à l’autre et venaient se nourrir chez certains habitants de notre immeuble, ils vont disparaître. Toute la faune et la flore de l’endroit va être chamboulée ».

PROXIMITÉ propose une alternative, partagée par les riverains rencontrés : la construction d’un terrain de jeux pour enfants de 2 à 8 ans, qui n’altérerait pas les lieux et permettrait aux riverains d’y organiser à l’avenir des activités de quartier.

Egalement alerté, Etienne DUBUISSON, conseiller communal PROXIMITÉ, s’est adressé à la Bourgmestre, qui rappelons-le, est également vice-présidente de la scrl Notre Maison. Il lui a demandé d’organiser, avant toute décision et dans les meilleurs délais, une réunion de concertation ou pour le moins d’information avec les habitants de ce quartier, car il s’agit d’une modification importante de leur milieu et de leur confort de vie.

marnières_1

Entrées à la piscine … inégalement plus chères

Les entrées à la piscine de Rixensart seront majorées, parfois substantiellement et ce, à partir du 1er janvier 2015 (1).

Entrées individuelles            Cartes 15 entrées        Abonnements annuels

Adultes                            +16,6 %                            + 14,2 %                      + 16,6 %
Enfants < 14 ans            +  7,5 %                            + 12 %                         +  7,1 %
Seniors                             +  0 %                               +   4 %                         –   7,1 %
Familles nombreuses                                                                                    +   7,1 %
VIPO (2)                           + 25 %                               + 14,2 %                      + 14,2 %

Seuls les seniors échappent donc en partie à la hausse. Quant aux VIPO, c’est-à-dire les pensionnés, invalides, veufs/veuves et orphelin(e)s, ils supportent la majoration la plus importante. Où est la logique ?

Tout observateur attentif devrait s’en étonner, sans oublier que les statuts de senior/pensionné et de VIPO/BIM (2) devraient être clarifiés. Le Collège reverra-t-il sa copie pour la rentrée ?

Eric de SÉJOURNET

—–

(1) CONSEIL COMMUNAL DE RIXENSART (Finances V/14) – Redevance (Tarif) pour le Complexe sportif, 23 juin 2014
(2) suite à la sixième réforme de l’Etat, le statut VIPO sera, à la date du 1er juillet 2014, remplacé par le statut des BIM (bénéficiaires de l’intervention majorée)